Les rituels de l'Alahamadibe

Le jour de l’an traditionnel malgache est le premier jour du mois d'Alahamady (premier mois de l'année). Quoique le préparatif des festivités commence plusieurs semaines à l’avance, le nouvel an est célébré durant les 3 jours le précédent, l’Alahamadibe.

Du temps de la royauté, il existait plusieurs rites et rituels de purification et d’offrandes pour célébrer ce jour. Chaque région avait ses rites mais d’une manière générale, les fêtes du jour de l’an sont l’occasion de renforcer les liens de parenté et conforter la place et le rôle des uns et des autres dans la société ou au sein de la famille. Voici quelques exemples de rituels sans être exhaustif.

 

1.       Un mois avant le « tsinan'ny Alahamady », il était interdit de faire couler le sang, la population et le souverain s’abstenaient donc pas de manger de la viande.

2.       La purification par l’eau :

-          les ablutions régulières « misafo rano » du souverain et de ses sujets

-          le rituel du bain « fandroana » la nuit précédant le nouvel an, concerne aussi bien le roi qui peut ainsi réactualiser son pouvoir que les reliques royales, identités remarquables d’ancêtres réputés fondateurs d’un groupe/clan et auxquelles on attribue une force protectrice pour les sociétés qui les vénèrent. Le bain marque la légitimité et la reconnaissance d’un ordre hiérarchique. La fête du bain est une occasion pour les gens de se rendre visite et s’offrir mutuellement des cadeaux.

3.       Les cadeaux, les offrandes et les visites réciproques entre les uns et les autres, suit un schéma qui conforte la place et le rôle de chacun selon la place hiérarchique qui les caractérise (les cadets vont en premier lieu visiter les aînés). Si le « solombodiakoho » est le présent des cadets aux aînés, le « solompenakoho » est le présent des ainés aux cadets. Ces offrandes portent le nom de « jaka », gage de loyauté et de respect. Le jaka désigne la viande d’alliance conservée d’une année sur l’autre et symbolise la continuité depuis l’origine. Plus tard, la viande ne sera plus conservée et le jaka proviendra des zébus abattus le jour de l’an.

4.       Les bénédictions :

-          la bénédiction des parents « zara hasina » à leurs enfants, accompagnée d’épis de riz

-          les aspersions d'eau « fafirano » et « saforano »sont des demandes de bénédiction pour la nouvelle année.

5.       Le défilé aux flambeaux « mialoha » qui se déroule la veille du nouvel an.

6.       Le partage du riz et du miel « manao tatao »est un repas composé de riz arrosé de lait et de miel. La douceur du miel est souhaitée pour toute personne présente.

7.      Le repas en commun « nofon-kena mitam-pihavanana » pour renforcer le « fihavanana »

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×