Fiadim-pizokiana / Querelles du droit aînesse

Angano, angano, arira, arira, izaho mitantara, ianareo mamaky...

 

 Fiadiam-pizokiana

Indray mandeha izay, hono, niady fizokiana ny sofina sy ny maso sy ny vava sy ny tànana sy ny tongotra ary ny kibo; ka izao no ady nataony :
Hoy ny firehaky ny sofina: "Izaho, lehireto, no lahimatoanareo, satria izaho no mandre ny zavatra rehetra, na inona na inona".

Nony nandre izany kosa ny maso dia amaly matevina hoe : "Tsy ialahy, leity, no zokiny, fa izaho. Fa na mandre aza ialahy, ry sofina, raha tsy misy ahy maso hijery, dia tsy hahita izay tany hodiavina akory ialahy".

Raha ren'ny vava kosa izany, dia tezitra izy ka nanao hoe :"Ireto dia mirediredy sy miady izay ho lohany foana. Tsy misy zokiny hianareo tsy akory, fa izaho ihany no izy; fa na dia mandre aza ialahy ry sofina, ka mahita ialahy, ry maso, raha tsy misy ahy vava hiteny, dia mipetrapoana hoatra ny vato aman-kazo hianareo ".

Nony nahare izany kosa ny tanana, dia mba taitra ka niloa-bava hoe : " tsy mba menatra olona angaha hianareo, lehireto, no dia mibedibedy foana hoe "Izaho no zokiny". Nahoana no dia tsy mba mihevitra kely aloha vao miteny ? Fa moa na dia eo aza ialahy, ry sofina, sy ialahy, ry maso, ary ialahy, ry vava, raha tsy misy ahy tanana handray sy hiasa, dia inona no ho vitanareo ! Mangina eo itsy izy, fa tsy misy zokiny tsy akory afa-tsy izaho tanana ihany".

Rehefa nahita izany kosa ny tongotra dia tsipaky ny hehy sady nikakakaka no niteny hoe : "Endrey ! ireto hadalan'ireto ! mba mijere tandindona aloha vao mizaha fitaratra. Izato no toetra ka mba miady fizokiana ! Koa inona ialahy isany izay katsaka ahantona, fa na dia mandrre aza ialahy, ry sofina, ary mijery ialahy, ry maso, ka miteny aza ialahy, ry vava, ary mandre aza ialahy, ry tanana, raha tsy misy tongotra handeha sy hitondra, dia inona hianareo, fa tsy vodi-sobika mipetra-potsint, ka lavenona no sakaiza. Aoka izay ny fiady fizokiana, fa tsy misy mendrika ho zokiny hianareo, fa izaho tongotra ihany no izy".

Nohenoin'ny kibo ihany ny tenin'izy rehetra, ka nony ela dia mba niteny kosa iszy hoe : " Ilehireto dia manana izay vava mahay miteny sy molotra ambony sy ambany, ka dia miriadriatra foana hoatra ny vorodamba izay vava ? Itony ialahy, ry sofina, dia mba manao an'ialahy ho zokiny ! Ny amboa koa aza, leitsy, mba manan-tsofina toa an'ialahy  ihany, ka mandre ny latsa sy  y teny ratsy ataon'ny sasany aminy, kanjo ny kibony dia tsy mba mahalala mionona, ka izao fnaritra mitondra ny latsa ataon'ny sasany izao ihany.

Ary itony ialahy, ry maso, ka mba mirehareha ho zokiny ! Ny zava-miaina betsaka, lehity, samy mahita ny mazava avokoa; kanjo ny kibony dia tsy mba mandinika, fa finaritra mijery ny soa sy ny ratsy ny masony.

Ary ity ialahy, ry vava, ka mba mitady ho zokiny ! Ny kisoa koa aza, lehiroa, mba manam-bava toa an'ialahy ihany, kanjo ny kibony no tia ratsy, hany ka homana izay efa naloany indray ny vavany.
Ary izato ialahy, ry tànana, ka mba mirehare izay ho zokiny ! Ny foza koa aza, leitsy, mba manan-tànana toa an'ialahy ihany, saingy ny kibony no tsy misy fisainana, hany ka ny tànana no tsy mahay rary voatokana akory, tsy mahay an-kazon-drary.

Ary amin'ialahy kosa, ry tongotra, ka mba mieboebo izay ho zokiny ! Hitan'ialahy fa omby aza manan-tongotra hoatra an'ialahy ihany, saingy adala ny kibony, ka ataony mpanosy horaka sy mpamaky tombana ny tongony;
Ka izao no ambarako aminareo, lehiretsy : aza miady fizokiana foana hianareo, fa izaho ihany ny zokiny, satria izaho kibo no mpihevitra sy mpisain aary fitoeran'ny hanina hanatanjaka anareo, fa hianareo dia kofehy manara-panjaitra foana".

Dia samy niaboka ho zandriny avokoa izy rehetra, fa ny kibo no nekeny ho lahimatoa; ary nangonin'izy rehetra tao amin'izy irery avokoa ny adidy sy andraikitra rehetra

Querelles du droit d'ainesse

Un jour, paraît-il, les oreilles, les yeux, la bouche, les mains, les pieds et le ventre se disputèrent le droit d'ainesse, et voici ce qu'ils ont fait :      

Les oreilles disent orgeuilleusement : "c'est nous qui sommes les ainés, parce que nous entendons tout, absolument tout".

Quand les yeux entendirent cela, ils répondèrent : Non, vous n'êtes pas les ainés, c'est  nous. Même si vous, les oreilles, vous entendez tout, s'il n'y a pas d'yeux pour voir, vous ne saurez même pas où aller".

Mais quand la bouche entendit cela, elle se mit en colère et dit : " vous divaguez et vous vous disputez toujours pour savoir qui est l'ainé. Aucun de vous n'est l'ainé, c'est moi qui le suit. Même si vous, les oreilles, vous entendez et vous les yeux, vous voyez, s'il n'y a pas de bouche pour parler, vous ressemblerez à la pierre ou à l'abre".

Quand les mains entendirent cela, elles s'exclamèrent aussi : "vous n'avez pas honte pour repéter tout le temps "c'est moi l'ainé". Pourquoi, vous ne refléchissez pas un moment avant de parler ? Même si les oreilles sont là, ainsi que vous les yeux et vous les mains, si les mains ne sont pas là pour prendre et travailler, que pouvez-vous faire ? Taisez-vous ! Aucun de vous n'est l'aîné, il n'y a que moi".


Quand les pieds ont vu cela, ils éclatèrent de rire et dirent : "Oh ! la ! la ! vous êtes fous ! Regardez-vous d'abord avant de chercher un miroir. Vous vous disputez le droit d'aînesse avec de telles mentalités ! Qu'êtes-vous tous que des épis de maïs que l'on pend ! Et quand bien même si vous les oreilles, entendez, et vous les yeux, voyez, et toi la bouche, tu parles, et même si vous les mains peuvent saisir les choses, s'il n'y a pas les pieds pour marcher et vous guider, que pouvez-vous être, sinon que le fond d'un sobika restant seul avec des cendres comme amis. Cessez de discuter du droit d'aînesse, aucun de vous ne le mérite, seuls nous, les pieds peuvent l'être!".


Le ventre a bien écouté tout ce qu'ils se disaient tous et plus tard, il finit par dire : "Parce que vous avez une bouche qui sait parler et des lèvres hautes et basses, vous vous déchirez tels de bouts de tissus ! Des oreilles qui veulent être aînées ! Même les chiens ont des oreilles et entendent les injures et mots grossiers dits par d'autres, mais son ventre ne sait pas être rassasié et se réjouit toujours des injures.


"Et ces yeux, se prétendant aînés ! Beaucoup d'êtres vivants voient la lumière, mais leurs ventres ne réfléchissent pas, et leurs yeux se contentent de regarder ce qui est bon ou mauvais".

"Et toi, la bouche qui veut être aînée ! Même les porcs ont une bouche comme vous, mais leur ventres aiment ce qui n'est pas bons et ils mangents ce qu'ils ont vomis".

"Et vous, les mains, se prétendant aînées ! Même les crabes ont des mains comme vous mais leurs ventres ne savent réfléchir, du coup les mains ne savent tresser".

"Et vous, les pieds, qui se vantent d'être ainés ! Vous voyez bien que même les zébus ont des pieds comme vous, mais leurs ventres sont fous, ils les utilisent pour labourer les rizières et casser les croutes de terre".

"Je vous déclare à Tous : ne vous disputez plus du droit d'aînesse, c'est moi l'aîné, parce que je suis le ventre qui réfléchit et pense et qui abrite les aliments qui vous rendent forts, vous n'êtes que des fils qui ne suivent que l'aiguille".


Ils se soumirent tous et acceptèrent que le ventre soit l'aîné, et ils rassemblèrent tous en lui, tous les devoirs et obligations.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site